mercredi 1 juillet 2020

Diana Mini - de la lomo pure et dure!


Dans ma phase lomography et "camera povera",  et suite à l'achat du Pentax 110, j'ai acquis divers appareils aux rendus incertains. J'avais déjà un Diana F (moyen format) dont le coffret neuf sert de décoration pour le moment. Du fait de mes Holga, je n'ai pas encore ressenti le besoin de l'utiliser. En revanche, j'ai découvert, en achetant mes cartouches 110, l'existence d'un Diana Baby et d'un Diana Mini.
Diana Mini · Lomography Shop
Le Diana Mini *


Le Diana Mini utilise des pellicules 135. Il a pour particularité d'être bi-format: format carré 24x24 ou demi format 18x24. Aimant particulièrement le format carré et lorgnant également depuis quelques temps sur les demi format, je me suis donc laissé tenté par le Diana Mini, ... et également par le Diana Mini (dont je vous parlerai une prochaine fois)!

Le Diana Mini est vraiment mini, il tient dans la paume d'une main. Les réglages sont réduits au minimum avec un mode soleil (f11) et un mode ombre (f8) et deux temps de pose, un instantané (N) et un mode bulbe (B). Le temps de pose du mode N, tournerait autour du 1/60ème de seconde. L'appareil est par défaut clairement orienté pour l’extérieur en mode manuel. Pour l'intérieur, il vaut sans doute mieux utiliser  le flash, pour un rendu très année 70/80.

L'appareil permet également de régler la mise au point avec 4 modes allant de 0.6m à 4m+.
L'appareil est donc léger, compact, avec un look bien sympa.
Depuis son achat, je le garde dans ma besace aux cotés d'un Sony RX100 III. 

J'ai eu l'occasion de l'utiliser lors d'un court séjour à Collioure. Voici mes premières impressions utilisateurs.  Du fait de ces "qualités", on n'hésite pas à le porter tout le temps avec soi. Le cadrage est relativement imparfait mais ce n'est pas ce qu'on demande à un tel appareil.  La mise au point se fait par estimation de la distance. Sur les premières photos, j'ai oublié parfois de régler celle-ci. Le déclencheur est relativement dur et provoque un peu de bougé. En mode demi-format pur, il est annoncé 72 photos, normal. En mode carré, je m'attendais donc à avoir 54 photos (1.5*36 photos). J'ai été donc surpris quand l'appareil s'est arrêté autour de 40 photos. La raison: lors de l'avancement le film n'avance pas d'une photo de 24 mm mais d'une photo de 36 mm! du coup l'intervalle entre deux photos est conséquent et on ne gagne quasi rien. C'est en partie une déception. Je suppose, que le passage de carré à demi format, est plus simple en divisant par deux l'avancement qu'en effectuant un ajustement non entier. Ce n'est pas rédhibitoire mais c'est une petite déception.

J'ai donc déambulé dans les rues de Collioure où je me suis essayé surtout au"paysage". Quel plaisir de pouvoir cadrer carré et léger. La pellicule a défilé et je me suis retrouvé pris de court quand la pellicule s'est finie. Après ce weekend photographique, j'ai donc porté le film à développer. L'avancement est bien régulier et tout s'annonçait pour le mieux. Au moment du scan ,j'ai eu une petite crainte que le Nikon Coolscan n'apprécie pas les intervalles entre les photos, mais cela ne lui a posé aucun problème.

En revanche dès les aperçus, je me suis rendu compte que la netteté était bien en deçà que ce que j'attendais, et pourtant j'avais mis la barre assez basse. En effet sur les photos il est difficile de voir l'effet de la mise au point. Les photos de paysage en mode 4m+l'infini que je pensais être proche de l'hyperfocale sont en effet souvent peu nette dès qu'on s'éloigne, et en particulier au centre, ce qui est une déception supplémentaire. Mes Holgas ont plutôt l'effet inverse avec une perte de netteté sur les bords façon vignettage et également un léger voile sur le centre. L'usage est donc, d'après moi, plutôt réservé aux photos relativement proches (portraits / photo de rue / ...), à moins de s'appuyer sur ces défauts là dans un but créatif.

Pour résumer: 
  • léger.
  • compact.
  • bi-format.
  • amusant à utiliser.
mais
  • netteté longue distance douteuse.
  • moins de photos que prévues en carré.
Les amateurs de lomographie y trouveront leur compte. Les autres risquent d'être déçus!

Après ce petit discours sur l'appareil, voici quelques exemples des photos réalisées. Elles ont été retravaillées sous Lightroom pour booster en particulier le contraste, la texture, netteté et les courbes.

PS: je mentionne plus haut le Diana Baby. Bien que plus petit et sans trop déflorer une éventuelle future publication, celui-ci  nécessite l'enlèvement du dos pour mettre la cartouche 110 qui dépasse alors des deux cotés de l'appareil, lui donnant de l'embonpoint. La différence de taille moins impressionnante et l'aspect bricolage ne plaide pas vraiment en sa faveur pour une utilisation quotidienne. Seuls le rendu et le prix plus attractif (25€ versus 89€) pourraient le rendre plus attractif. A confirmer!

COLLIOURE au Diana Mini

2020 - Collioure - Diana Mini
On remarquera que le clocher et la maison de droite sont plus nettes que le centre

2020 - Collioure - Diana Mini
On sent bien que ça ne supportera pas un grand agrandissement, à moins de l'assumer!

2020 - Collioure - Diana Mini
Si en plus on se trompe sur la distance de mise au point c'est carrément flou malgré le diaphragme assez fermé et la petite focale.

2020 - Collioure - Diana Mini
Quand les éléments sont en bord de composition ça passe mieux.

Références

Un appareil bi-format:
Chargement de la pellicule:
LA fiche "technique"
Quelques photos sur Flickr:
https://www.flickr.com/groups/1232275@N22/
*Illustrations: Lomography.com 

Aucun commentaire: